Vincennes : déjouez ses pièges, été comme hiver…

Vincennes : déjouez ses pièges, été comme hiver…

Attention. Dans cet article, vous vous attaquerez à un véritable mythe :
L’hippodrome de Vincennes.

En France, c’est le “temple du trot” et il accueille plus de 1 200 courses chaque année.

C’est aussi sur ses pistes que se disputent les prestigieux Grand Prix de France et Grand Prix d’Amérique. 

Concrètement, les spécificités de “Vincennes” reposent sur 3 éléments :

    • il y a deux pistes : une grande et une petite,
    • les deux pistes ont des montées. Les tracés ne sont donc pas totalement plat,
    • en fonction de la saison (été ou hiver), certaines courses sont disputées de nuit.

Autant vous le dire tout de suite : 

Si vous ne prenez pas en compte ces paramètres lors de vos jeux, vous allez droit au “casse-pipe”. 

Ces données impactent fortement les capacités des chevaux, des jockeys et les stratégies des entraîneurs.

Et vous comprendrez pourquoi dans cet article. D’ailleurs, peu de turfistes connaissent ces différences. 

Vous allez donc découvrir comment adapter vos jeux et exploiter les atouts des concurrents en fonction de la piste et de l’heure à laquelle se déroule votre quinté…

La piste surprend tout le monde : chevaux et parieurs…

L’hippodrome de Vincennes a deux pistes : une grande de 1 975 m, sur laquelle se disputent les réunions diurnes (journée), et une petite de 1 326 m, sur laquelle sont organisées les nocturnes, en raison de son éclairage. La longueur de ces pistes n’a rien à voir avec celle des épreuves : les chevaux y feront plus ou moins de tours…

Lorsque la luminosité le permet (de fin mai à la mi-septembre) les premières courses nocturnes ont lieu sur la grande piste. Inversement, en automne et en hiver, les dernières épreuves des réunions diurnes se courent sur la petite piste, celle-ci bénéficiant d’un très bon éclairage.

L’information est facile à trouver : elle figure dans la description de chaque course de Vincennes, dans votre journal hippique… Note : la presse utilise parfois les mentions « G.P. » et « P.P. »

1. Comment jouer sur la petite piste (« P.P. »)

Sur 2 100 et 2 200 m : contrairement à une idée reçue, ces épreuves conviennent mieux aux trotteurs dotés d’un minimum de tenue (c’est-à-dire des coureurs de fond), malgré la distance relativement courte pour du trot. Car sur près de 600 mètres, le parcours présente une légère montée.

La déclivité est moindre que dans la célèbre montée de la grande piste de Vincennes, mais elle suffit pour laisser des traces sur les organismes. D’autant que les trotteurs doivent démarrer vite pour occuper une bonne place (le départ y est donné à l’aide de l’autostart), et que l’effort fourni au début de la course peut être préjudiciable dans la ligne d’arrivée…

Sur 2 850 m : le tracé de la petite piste est plus coulant, le départ y étant donné en descente. Et même si le cheval doit “monter” à deux reprises en face (2 tours de piste), le trotteur peut s’imposer sans avoir une tenue à toute épreuve. Là aussi, le départ est donc déterminant.

Conseil : sur 2 850 m, préférez les trotteurs rapides (lisez les commentaires de la presse, et comparez les chronos)… Sur plus court, prenez paradoxalement… des chevaux de tenue !

La tenue, c’est la capacité à tenir les longues distances. Pour repérer un cheval de tenue, un seul moyen : lire les commentaires de presse…!

2. Comment triompher sur la grande piste (« G.P. »)

Sur 2 175 m : le départ est primordial, et la maestria des drivers revêt une importance capitale, car on a souvent vu des chevaux aller trop vite en début de parcours et être asphyxiés dans le haut de la montée ou dans le tournant final ! C’est pour ces différentes raisons que les entraîneurs font appel à des drivers expérimentés, et que les courses sur la grande piste de Vincennes sont parfois des courses « de pilotes ».

Sur 2 700 ou 2 800 m : le driver peut démarrer un peu moins fort et garder de l’énergie afin de venir en progression dans la fameuse montée, tant redoutée par les chevaux étrangers.

Conseil :  quelle que soit la distance, choisissez des chevaux qui ont de la tenue – même si la vitesse est un atout de plus. Et pour faire bonne mesure, privilégiez des « mains en or » comme Jean-Michel Bazire ou Eric Raffin pour prendre soin de vos intérêts !

Synthèse 

Petite piste = vitesse / Grande piste = tenue

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.